Actualité: Témoignage du glaciologue français Bernard Francou : "Si le Groenland et l'Antarctique fondent, le niveau de la mer augmenterait de 60 mètres.Des villes comme Guayaquil, New-York, la Nouvelle Orléans et Londres disparaitraient.
Actualizado lundi 20 de août 2018
Home Texaco en Amazonie équatorienne
 
Texaco en Amazonie équatorienne PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Gentileza Amazonia por la vida   

Le pire désastre pétrolier du monde : Texaco en Amazonie Equatorienne

Version imprimable Suggérer par mail
L'Equateur est actuellement le lieu que les experts reconnaissent comme le pire désastre pétrolier du monde, que l'on appelle maintenant “le Tchernobyl de l'Amazonie, ”à cause d'une pollution désastreuse laissée par la multinationale Texaco (maintenant Chevron).
De 1964 à 1992, la compagnie pétrolière multinationale a construit et opéré des puits et des stations de production pétrolière dans la région nord de l'Amazonie Equatorienne. Quand Texaco est arrivée dans cette région, on lui a concédé un territoire d'environ 1.500.000 hectares de jungle pure où vivaient plusieurs communautés indigènes avec leurs coutumes ancestrales en harmonie avec la nature.

Aujourd'hui, des dizaines de communautés continuent à souffrir des conséquences de la pollution qui a affecté leur santé, élevant substantiellement les taux de cancer dans cette zone, les problèmes reproductifs et les défauts de naissance. Plusieurs communautés indigènes ont dû abandonner leurs foyers traditionnels.

Texaco a pollué une vaste zone du territoire national, rejetant des déchets toxiques et les eaux de formation (les eaux extraites en très grande quantité au cours du processus d'exploitation pétrolière) hautement toxiques dans les rivières, en plus de la construction de piscines de stockage obsolètes et perméables qui continuent à contaminer les eaux souterraines et l'atmosphère. Ces rivières sont utilisées par plus de 30.000 personnes comme source d'eau potable, pour la cuisine, la toilette, l'irrigation et la pêche.

Durant la période où Texaco opérait en Equateur, la mutinationale a décidé que, pour maximiser ses gains, elle n'utiliserait pas les techniques environnementales standard de l'époque qui consistaient à réinjecter dans le sous-sol les eaux de formation et les déchets toxiques qui remontent durant le processus de forage. Au lieu de procéder à cette réinjection, Texaco a rejeté à la surface des milliards de gallons d'eaux de formation qui contiennent des produits chimiques toxiques et cancérigènes. La quantité de pétrole et de déchets  répandus dans l'environnement en Equateur est 30 fois supérieur à la quantité déversée dans le désastre du fameux tanker Exxon Valdez sur les côtes de l'Alaska.

Après plus de 10 ans dans les tribunaux des Etats-Unis, qui ont décidé que la multinationale Chevron devait se soumettre aux tribunaux équatoriens, le procès a commencé en Equateur en mai 2003 dans la ville de Lago Agrio. Les parties civiles incluent des colons et cinq nationalités indigènes : Siona, Secoya, Cofán,  Huaorani et Kichwa de la région est, divisées en 80 communautés rassemblant plus de 30.000 victimes. Ils exigent la réparation de la zone, ce qui, selon des experts internationaux, coûterait autour de 6 milliards de dollars. La compagnie Chevron soutient qu'elle a réalisé une dépollution de la zone affectée entre 1996 y 1998, ce que l'Inspection de l'Etat conteste.

Des échantillons de sol et d'eau prélevés après cette "dépollution" présentent des niveaux élevés de contamination, démontrant ainsi le caractère frauduleux du nettoyage réalisé par Texaco.

 
 

Indices Revista Andes

Couverture-Ed-130.jpg

www.lan.com

www.enjoytour.cl

www.gbtbolivia.com

Bannière
Bannière